Une crue de la Seine ?! En 2016 ?!

Publié le par Fab de Bel Air

Le Zouave à Paris

Le Zouave à Paris

La crue de la Seine a été aussi spectaculaire que courte. Focalisées sur le Zouave du pont de l’Alma, peu de personnes se sont intéressées aux mesures prises, depuis très longtemps d’ailleurs, pour minimiser les inondations, notamment les lacs de rétention situés dans l’Aube, la Marne ou dans la Nièvre. Assez éloignés de Paris donc. De plus, ces lacs-réservoirs ne datent pas d’hier. Le plus ‘jeune’ a quand même 25 ans ! Résultats : ils atténuent les effets d’une crue certes, mais ne l’empêchent pas.

Ce constat se double d’un autre, avancé par certaines analyses. Celles-ci mettent en avant le ‘sacrifice’ des régions périphériques pour permettre à la capitale, ses habitants et sa richesse économique, de ne pas subir trop de dommages. Poser la question sereinement et vous êtes taxés de complotisme ! Or, il y a quand même une continuité dans la politique publique mise en œuvre depuis la grande crue de 1910 visant à protéger la capitale, non ? Et donc à faire supporter les coûts des inondations à d’autres régions ? Mais qui en parle ?

Qui parle également de l’urbanisation anarchique de certaines zones dont on sait très bien que le risque d’inondations y est très élevé ? Il suffit de superposer la carte des zones inondables à Paris et celle de la densité de population. Étonnant non ?

Où est-ce que je veux en venir me direz-vous ? Au projet de barrages sur l’Yzeron et le Charbonnières. Car les mêmes arguments sont martelés par les probarrages. Ceux-là même qui veulent qu’Oullins se développe économiquement et en termes de population… au détriment des communes alentours. Le bétonnage continue de plus belle, avec des solutions cosmétiques pour Oullins (les berges refaites) quand Francheville et Tassin se prennent (pardonnez-moi l’expression) une monstruosité en plein milieu de leur commune. Outre le fait que l’on se base sur une crue du siècle (on extrapole et on fait la politique de la peur), cette solution de barrage n’est en rien la solution.

Qu’en est-il du projet alternatif de plusieurs retenues sur l’Yzeron, ce qui aurait l’avantage de ne pas tout saccager et qui poserait également la question de l’urbanisation concertée des communes environnantes ? En clair, un vrai projet commun de développement !

Qui refuse cela ? Le SAGYRC, main dans la main avec Oullins. Mais qui s’en étonne ?

Devons-nous accepter le saccage de notre commune ?

En attendant...

signez la pétition contre le projet ubuesque du SAGYRC !

 

Commenter cet article